Questions fréquentes

Le podiatre est le spécialiste des pieds. Il a l’expertise pour différencier les affections et les maladies du pied, qu’il peut traiter, et les maladies du système qui sont le domaine du médecin. Il peut utiliser des moyens médicaux, chimiques, pharmaceutiques, chirurgicaux, mécaniques ou des manipulations pour traiter les différentes pathologies du pied.

Le podiatre fait partie de l’Ordre des podiatres du Québec et il est régi par le Code des professions du Québec, la Loi sur la podiatrie et le code de déontologie des podiatres.

Non, vous n’avez pas besoin de référence d’un médecin pour venir consulter un podiatre.

Le podiatre, outre le médecin, est le seul professionnel de la santé qui peut prescrire une orthèse plantaire. Considérant que le podiatre peut diagnostiquer et traiter les affections du pied, cela lui permet de prescrire des orthèses plantaires qui répondront de manière précise à vos besoins à la suite d’une évaluation approfondie de votre condition.

L’orthésiste peut fabriquer une orthèse plantaire en respectant les indications d’une ordonnance fait par le podiatre ou le médecin. Il n’est pas autorisé à diagnostiquer une pathologie ou à modifier la mécanique et le fonctionnement du pied. Toutefois, il peut modifier ou réparer des orthèses plantaires dans l’optique de prolonger leur utilisation.

Source : https://www.ordredespodiatres.qc.ca/public/des-reponses-a-vos-questions/

Les podiatres pratiquent en milieu privé, ce qui signifie qu’aucun frais n’est couvert par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

Toutefois, la majorité des assureurs privés couvrent en partie les frais donc informez-vous auprès d’eux. À la fin de votre consultation, un reçu vous sera remis, ce qui vous permettra de réclamer à votre assureur ou de les mettre sur vos frais de santé lors de votre déclaration d’impôt.

Selon le site de l’Ordre des podiatres

Podiatre

Professionnel de la santé habilité à diagnostiquer et à traiter les conditions relatives au pied. Il possède une formation universitaire, soit un doctorat de premier cycle en médecine podiatrique. Certains podiatres détiennent également une résidence en chirurgie podiatrique.

Orthopédiste

Médecin détenant un doctorat de premier cycle en médecine générale, ainsi qu’une résidence en chirurgie orthopédique. Il prodigue des soins médicaux et chirurgicaux qui traitent les os, les articulations, les ligaments, les muscles, les tendons et les nerfs.

Infirmier(ère) en soins podologiques

Un(e) infirmier(ère) ou un(e) infirmière auxiliaire qui détient une formation de 160 heures en soins des pieds. L’infirmier(ère) en soins podologiques ne peut pas traiter de pathologie sans avoir obtenu au préalable un diagnostic d’un podiatre ou d’un médecin. Il(Elle) ne peut pas prescrire de médicaments, à l’exception des médicaments en vente libre. La différence entre l’infirmier(ère) et l’infirmière auxiliaire est que cette dernière doit obtenir une ordonnance du médecin ou du podiatre ou un plan de traitement infirmier pour pouvoir prodiguer des soins de pieds. Plusieurs infirmiers(ères) en soins podologiques travaillent en clinique, auprès de podiatres. Il faut aussi savoir qu’un(e) infirmier(ère) ne peut pas faire de diagnostic.

Orthésiste

Formation collégiale. Considéré davantage comme un technicien, il fabrique et ajuste les orthèses et prothèses selon l’ordonnance du podiatre (dans le cas des orthèses plantaires) ou du médecin. L’orthésiste ne peut pas vous évaluer, sauf dans le cas de l’ajustement de l’orthèse prescrite.

Il peut néanmoins, à la suite d’une ordonnance, contribuer à l’évaluation d’un patient sous immobilisation dans le cadre du suivi de sa condition. L’orthésiste peut également ajuster ou réparer des orthèses sans ordonnance lorsqu’il s’agit d’adapter une orthèse ou d’en prolonger l’utilisation lorsque l’état physique de la personne n’a pas changé et si les ajustements ou réparations ne modifient pas l’ordonnance originale.

Pédicure et hygiéniste en soins des pieds

Formation axée sur la beauté du corps et l’esthétisme. Certaines écoles offrant ces formations ne sont pas reconnues par les commissions scolaires ou le ministère. Ces formations donnent faussement l’impression qu’elles permettent de prodiguer des soins des pieds. Cette pratique consiste en un exercice illégal de la podiatrie. Légalement, le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ne peuvent ni diagnostiquer, ni traiter de condition.

Podologue

Formation qui, au Québec, n’est pas reconnue par la Loi sur la podiatrie et qui n’équivaut pas à celle d’un podiatre. En ce sens, le podologue n’est pas membre de l’Ordre des podiatres du Québec et n’est pas considéré comme un professionnel au sens de la Loi. Ainsi, lorsqu’il effectue des actes réservés aux podiatres, ces actes consistent en un exercice illégal de la podiatrie.